Effervescence dans la nuit qui tombe. Un fin crachin donne un air de réalisme irlandais aux malles, barriques, caisses, valises, empilées sur le « quai d’embarquement ». Dans une cage, il y a même Nugets-Joséphine Kwague, une poule rousse très zen. Au bastingage, le commandant en képi fait signe aux candidats à l’aventure vers l’Ouest de se diriger vers le bureau d’embarquement. L’hôtesse, Marie, reçoit les laisser-passer, et le banquier fait le change, distribue les dollars. Les douze voitures qui reviennent de la gare libèrent plus de 60 jeunes 14/16 et 12/14 à bon port. L’équipage des animateurs porte des calottes de marin, des T-shirts rayés bleu et blanc. Il y a aussi des paysans mouchoir rouge autour du cou, des aventuriers coiffés de Stetson et ceinturés de revolvers. Les jeunes se rendent au pub où les chercheurs de bonne fortune misent leurs dollars au poker, à la roulette, au Mölky, à Puissance 4… On fait la ronde des prénoms et qualités de chacun, afin de se rafraîchir la mémoire et identifier les nouveaux. L’heure du couvre-feu arrive trop vite. Consignes, et chacun rejoint sa cabine pour y chercher le sommeil.
Réveil à la corne de brume, un bon Madison en guise de gymnastique culturelle. On danse autour de Nugets-Joséphine, presque indifférente, qui cherche obstinément quelques vers ou quelques graines sur le macadam. Le sketch des semailles fait défiler des aventuriers chercheurs d’un nouveau monde, équipés de bêches, de pelles, de pioches ou de tamis … pour amorcer le thème du vrai trésor et introduire les six témoins du jour.
Les jeunes sont répartis en six groupes, chacun entendra deux jeunes témoins qui diront leur expérience en deux temps : d’abord les motivations qui les ont poussés à partir en pays inconnu, et après un échange en carrefours, ce que cette expérience a changé dans leur vie. Marie Q. est allée en Inde, Anne raconte son périple au Bénin, Damien sa marche vers Compostelle, Stéphanie a passé six semaines à Madagascar, Marie M. est encore sous le charme des mois passés aux Philippines, Jérémie a derrière lui plusieurs séjours en Haïti, dont un projet d’irrigation et de culture tropicale. Pendant la balade de l’après-midi, les jeunes ont été invités à calculer leur « empreinte écologique » et à réfléchir à des gestes solidaires. Le temps s’est mis à la pluie, et le temps de désert a eu lieu à la grande chapelle. Une réflexion était proposée sur la parabole du Père qui avait deux fils. La veillée du soir au « saloon meloon » a exploité la mythologie du Far West, à savoir les danseuses, les duels au revolver, la bagarre générale, l’élixir du docteur Doxey, les offices du croque-mort, les paris et les pépites d’or. Dimanche, le grand jeu de la recherche du Saint Esprit rappelait ou faisait découvrir les grands symboles du Souffle divin. L’eau, le parfum, la lumière, les textes décryptés introduisaient directement à l’eucharistie qui a suivi, à la fois sobre et participative, notamment grâce aux chants et aux musiciens. Tous les jeunes ont repris du souffle en découvrant qu’ils existaient, que sous le regard aimant de Dieu et des amis d’Ephata, ils étaient de véritables trésors !
shares